Aller au contenu principal

Centre de recherche et d’enseignement « LGI2P » : informatique, intelligence artificielle et industrie du futur

Le batiment du centre LGI2P

Présentation

Le Laboratoire de génie informatique et d’ingénierie de production (LGI2P) est l’un des 3 centres de recherche et d’enseignement d’IMT Mines Alès. Il est spécialisé dans le domaine de l’informatique, de l’intelligence artificielle et de l’industrie du futur. Il assure dans ce domaine le lien stratégique entre les activités de formation, recherche et de développement économique.

Missions et composition du LGI2P

A ce titre, ses missions sont tripes :

  • Faire progresser la science et ses applications au service des entreprises et de la société
  • Former les élèves de l’école au meilleur niveau, grâce au haut degré d’expertise de son corps professoral ;
  • Favoriser au transfert de cette expertise vers les entreprises et la société.

Comme illustré sur l’image ci-dessous, le LGI2P comporte :

  • 2 équipes de recherche
  • 2 départements d’enseignement
  • 3 plateformes technologiques
LGI2P fonctionnement

Positionnement scientifique, technologique et sociétal du LGI2P

L’automatisation cognitive a été le projet scientifique du LGI2P depuis 2009. Elle s’est révélée être un projet scientifique consensuel et fédérateur, bien adapté au mélange culturel d’informaticiens et d’automaticiens du LGI2P, dans la continuité des thèmes scientifiques portés par le laboratoire autour de la relation entre l’Homme et les systèmes complexes qu’il cherche à maîtriser, tout en réaffirmant l’ancrage du LGI2P dans le domaine des Sciences et technologies de l’information.  Aujourd’hui la recherche du centre a décliné cette notion de complexité selon deux grands domaines d’investigation : santé et risque. 

Tout d’abord, l’équipe de recherche ISOAR (Ingénierie des systèmes et des organisations pour les activités à risques) s’attache à l’idée qu’une situation complexe est une situation où l’incertitude, l’imprédictibilité et la dynamique des phénomènes s’amalgament dans l’évaluation du risque. Dans le cadre de la nouvelle stratégie de la recherche de l’école, l’équipe ISOAR va prochainement rejoindre le Laboratoire des sciences des risques (LSR), nouvelle unité de recherche pluridisciplinaire créée en partenariat avec le centre de recherche et d’enseignement LGEI. Accepter de développer une activité à risque est le résultat d’une décision dans laquelle il a fallu évaluer contraintes et impacts, et les rapporter aux gains et progrès que l’activité est susceptible de générer : cette décision est donc à points de vue multiples et repose sur des choix scientifiques et technologiques objectifs, mais n’en reste pas moins un choix sociétal, économique ou politique, fruit d’une subjectivité collective acceptée et communicable, qui doit être abordée de façon systémique. Ainsi, une façon d’introduire la notion de risque dans l’action collective est de souligner que la maîtrise de systèmes complexes passe par l’acceptation d’un contrôle incomplet.

L’équipe de recherche I3A (Informatique, image, intelligence artificielle) va quant à elle rejoindre EuroMov Digital Health in Motion (Euromov DHM), nouvelle unité mixte de recherche interdisciplinaire créée en partenariat avec le Centre européen de recherche sur le mouvement humain de l’Université de Montpellier. Ici, la complexité est moins associée au hasard et à l’imprévisibilité qu’à une coordination souple et adaptative entre les multiples composantes d’un système, qu’il s’agisse d’un système logiciel ou du corps humain. L’intelligence artificielle, la vision par ordinateur et l’architecture de logiciels agiles introduisent de nouveaux artefacts et proposent un éclairage innovant sur la compréhension des liens dynamiques cerveau-mouvement, la plasticité cérébrale et l’apprentissage sensorimoteur, ou encore l’identification des mécanismes fondamentaux de la synchronisation dans le mouvement.

Ces deux thématiques de recherche s’appuient sur des compétences scientifiques fortement ancrées dans les sciences du numérique qui constituent les connaissances métier du centre de recherche et d’enseignement LGI2P. Ces connaissances sont dispensées dans les deux départements d’enseignements 2IA (Informatique et intelligence artificielle) et PRISM (Performance industrielle et systèmes mécatroniques). Ces deux départements, accessibles aux élèves de l’école sous statut étudiant comme par la voie de l’apprentissage, forment les futurs acteurs de la transformation numérique de nos sociétés, en intégrant un rôle significatif de formation par la recherche. Celui-ci se traduit par la réalisation de missions R&D qui sont la réalisation d’un projet de recherche par groupe d’étudiants. Il est également à noter que le LGI2P opère le master 2 Communication et technologie numérique, en partenariat avec Sorbonne Université (CELSA). Plusieurs parcours bi-diplômants sont également proposés.

La formation des doctorants s’appuie sur deux 2 écoles doctorales dans lesquelles IMT Mines Alès est co-accréditée à délivrer le diplôme de docteur : l’école doctorale Information, structures et systèmes (I2S) et l’école doctorale Risques et société (R&S).

L’appui au transfert de connaissances vers l’industrie se manifeste par la participation à des appels à projet de la région Occitanie, par l’intégration d’entreprises régionales lors d’appels à projet nationaux ou internationaux, par des contrats directs avec les industriels ou encore par l’assistance vis-à-vis de créateurs de start-up hébergés par l’intermédiaire de l’incubateur d’IMT Mines Alès.

Pour l’ensemble de ses activités de recherche, de formation et de développement économique, le LGI2P s’appuie sur plusieurs plateformes, notamment la plateforme mécatronique.

Chiffres-clé 2019 du LGI2P

  • 31 Enseignants et chercheurs 
  • 8 Personnels de soutien et développement
  • 12 Parcours de formation opérés
  • 289 Elèves-ingénieurs formés
  • dont 40% par la voie de l'apprentissage
  • 46 Elèves en master ou mastère spécialisé formés
  • 26 Doctorants (élèves-chercheurs) formés
  • 3 Post-doctorants accueillis
  • 87 Publications scientifiques
  • dont 39 publications internationales de rang A
  • 554k€ d’activité de recherche partenariale 
  • Dont 66% de contrats directs avec les entreprises
  • 8 start-up en incubation
  • 5 mobilités internationales longues

Les équipes de recherche

Les départements d'enseignement

Les plateformes technologiques

Les écoles doctorales

Les écoles doctorales de LGEI

En savoir plus sur les écoles doctorales Risques et Société et GAIA.

Découvrez l’ensemble des écoles doctorales

Contact

Jacky Montmain

Coordonnateur du centre de recherche et d'enseignement LGI2P

LGI2P-label-Figaro - Numérique
LGI2P-label-THE Impact - ODD9 Industrie innovation